• Post category:Entrepreneuriat
  • Temps de lecture :9 min de lecture

AVANT MA RECONVERSION PROFESSIONNELLE

LYCÉE ET BAC

J’ai suivi une filière scientifique et j’ai passé un bac S. Entre nous, j’avais dû me perdre pour me retrouver dans cette filière ! Je n’avais aucun attrait pour les mathématiques et je n’étais franchement pas à l’aise avec cette matière, ou du moins son approche scolaire. Je n’ai pas validé mon bac et j’ai alors préféré entrer dans la vie active plutôt que de retenter ma chance l’année suivante.

PREMIERS JOBS

J’ai commencé par travailler en CDD dans un office de tourisme proche de chez moi. J’avais des missions très variées et j’aimais beaucoup mon travail, bien que l’ambiance au sein de l’équipe soit catastrophique. J’ai appris à créer des brochures publicitaires sous Photoshop, à promouvoir des évènements, à accueillir et renseigner des touristes de tous horizons. J’ai compris que mon niveau d’anglais scolaire ne valait rien concrètement ! J’ai également encadré des groupes, veillé au bon déroulement d’une animation à l’échelle d’une petite ville et sécurisé des parcours de visites. En bonus, j’en ai appris davantage sur ma région et ma ville.

Après ce contrat, on me propose d’accueillir et encaisser les clients d’un camion pizza… pourquoi pas ! Je saisis l’occasion !

Je ne suis pas particulièrement à l’aise avec l’idée de gérer une caisse, mais mon patron est bienveillant et tout se passe merveilleusement bien. Après plusieurs mois, je me sens parfaitement intégrée et à ma place dans cette petite équipe. Je ne sais toujours pas servir une bière sans la faire mousser atrocement, mais on ne peut pas être parfait·e ! Malheureusement, mon patron prend la route du soleil et déménage de la Bourgogne vers le sud de la France.

Je tente alors ma chance dans les grandes enseignes de commerce de mon secteur. Un hypermarché me prend en CDD pour tenir un chapiteau en extérieur. J’y reste un mois, j’encaisse, je conseille, à part le froid, tout se passe à merveille.

Mon contrat est donc reconduit mais en caisse cette fois, à l’intérieur du magasin. Ce n’est clairement pas le métier de mes rêves. Gérer une caisse quotidiennement n’était pas dans mes aspirations, les horaires sont tordus et le rythme à tenir est très fatigant. Respect à toutes les caissières du monde entier !

PAUSE ET ERRANCE PROFESSIONNELLES – TEMPS FAMILIALE

Je reste tout de même 4 ans dans le commerce et décide de m’arrêter à la naissance de mon premier enfant. Mon second fils suit deux ans plus tard et je profite d’eux grâce au congé parental.

Durant la dernière année de mon congé, je prends le temps de réfléchir à mon avenir professionnel. Je cherche d’abord un moyen de combiner mon rôle de maman et le quotidien avec un métier.

Je décide de me former pour devenir assistante maternelle agréée. J’obtiens mon agrément après des mois de formation et je trouve mes premiers accueillis peu de temps après. La situation devient compliquée. Je ne me sens pas à l’aise dans ce rôle et mon plus jeune a beaucoup de mal à s’y faire également. Mon contrat se termine pour cause de déménagement. Je décide de ne pas reprendre de nouveau contrat.

Je prends à nouveau du temps pour savoir ce que je veux vraiment faire. Mes premiers amours reviennent au galop… l’informatique et la programmation. Au détour de mes recherches, je tombe sur une formation d’un nouveau genre, en téléprésentielle. Des cours avec un professeur, à heure fixe, chaque jour, mais depuis chez soi… étant dans une petite ville, loin de tout et avec une vie familiale à gérer, je saute sur l’occasion !

NOUVELLE VIE - MA RECONVERSION PROFESSIONNELLE

RECONVERSION EN PROGRAMMATION

Je passe les tests d’admission sans trop d’encombre, je casse ma tirelire pour financer mon projet et je me lance dans la plus belle des aventures : o’clock ! Je me retrouve au sein d’une classe de 50 élèves, coupée en deux sessions de 25. Tous sont motivés, sympathiques et avec des parcours professionnels aussi étranges que le mien. L’équipe pédagogique est fantastique, les cours sont totalement dingues. Le rythme est effréné. Je me mets même au café pour tenir la cadence. J’ai cours de 9 heures à 17 heures, puis je m’occupe de ma vie familiale jusqu’à 21 heures et je bûche sur mes challenges/exercices jusqu’à minuit chaque jour. Le groupe de classe est soudé et la formation bien que difficile me passionne. Les mois passent très rapidement. Je valide ma certification OPQUAST-accessibilité et qualité web. Puis, je me retrouve à Paris, bien entourée par mon école, devant un jury de professionnels de la tech pour passer mon examen. Après des mois et des mois de travail acharné, j’obtiens mon diplôme en développement web et web mobile.

TRAVAIL EN AGENCE WEB

Après une tornade dans ma vie personnelle, je décroche un CDI en agence web pour le poste de développeuse PHP/Symfony. L’agence est à une heure de route de chez moi et à présent je suis seule à gérer mes deux minimoi.

Le quotidien est compliqué, je n’arrive pas à m’intégrer au sein de l’équipe, le travail ne me plait pas vraiment et j’ai du mal à comprendre ce qu’on attend de moi. On me reproche de trop travailler, de ne pas assez parler de moi… ma vie personnelle prend le dessus et je démissionne. Cette fois, j’ai compris… je ne suis pas faite pour le salariat !

FREELANCE ET ENTREPRENEURIAT

Depuis quelques années, je faisais ici et là quelques missions en freelance. Création d’affiches, de tracts, de banderoles… pour des associations. Je décide de transformer ce freelancing ponctuel en entrepreneuriat majoritaire.

Janvier 2021, je lance mon entreprise : Owl-web. Je fais plusieurs sites internet et accompagnements, mais je me rends vite compte qu’il me manque des connaissances en marketing digital pour développer mon entreprise correctement.

FORMATION EN GROWTH MARKETING ET ENTREPRENEURIAT 2.0

Je rejoins une formation en marketing digital et growth marketing. Malgré une ambiance globale très moyenne, le professeur est au top et j’y croise de belles personnes. Mois après mois, j’intègre les ficelles du marketing digital. J’apprends le fonctionnement des réseaux sociaux, du marketing de contenu… Je mange de la stratégie digitale à tous les repas. J’étudie les stratégies de nombreuses marques, le branding, le storytelling, j’approfondis mes connaissances en SEO (référencement naturel) et en SEA (référencement payant),…

Au cours de cette formation, j’ai eu la chance de pouvoir épauler le professeur pour les ateliers WordPress. Partager mes connaissances tech me plait énormément et l’idée de créer une formation germe doucement dans mon esprit.

Je ressors diplômée en growth marketing et j’y vois alors plus clair. Je veux aider les entrepreneur·e·s à construire une présence web efficace, leur transmettre avec humour et bienveillance mes connaissances en création de site internet et gestion de stratégie digitale.

En 2022, pour marquer la rupture, je décide de repartir de zéro, ou presque. Je garde mon entreprise mais je lui offre un coup de frais. Nouvelle stratégie digitale et rebranding. Je me sens à présent à ma place dans le monde du travail. J’aime ce que je fais, les montagnes russes de l’entrepreneuriat et les rencontres que j’y fais. J’apprécie beaucoup le fait de ne plus avoir un cadre rigide à respecter, de pouvoir être moi-même et travailler avec de belles personnes.

En bref

Du tourisme à l’entrepreneuriat en passant par la garde d’enfant et le commerce, j’ai cherché ma voie professionnelle pendant plusieurs années. Dans le monde du salariat, mon parcours professionnel atypique était souvent un mauvais point pour moi. Mais, aujourd’hui, ce voyage est une réelle force pour mon entreprise. Je suis fière de mon parcours, fière d’avoir trouvé ma place et ravie de pouvoir aider d’autres entrepreneur·e·s à trouver la leur dans le digital. Osons toucher à tout, chercher notre voie et avoir un parcours professionnel riche et fou !

Et toi, c’est quoi ton histoire professionnelle ?

Laisser un commentaire

15 − douze =